• thefunkyman

Tous les actifs risqués montent: qui a tort?

Actions, obligations, or: lorsque tous les prix des actifs augmentent, l'observateur attentif se demande qui se trompe dans son évaluation.

Ali Masarwah27.08.2020


Cet article a été initialement publié sur Morningstar.de. Il a été édité.


Les investisseurs, mais aussi de nombreux observateurs de marché, sont confrontés depuis des mois à une énigme qui devient de plus en plus déroutante au fil de l'été: comment se fait-il que les prix de presque tous les actifs à risque augmentent en même temps? Quiconque achète des actions, des obligations ou de l'or a un scénario clair. Les trois scénarios pris ensemble sont mutuellement exclusifs.


Dans les conditions d'une crise économique mondiale aux proportions historiques, la question se pose: qu'est-ce qu'un type d'investisseur voit que l'autre néglige? Qui a raison? Jetons un coup d'œil aux scénarios des trois types d'investisseurs.

Les investisseurs en actions voient une reprise en «V»   Les actions ont connu une baisse et une hausse cette année. Au début de la crise du coronavirus, les Bourses mondiales ont chuté de façon spectaculaire. Entre leur pic du 19 février et le 23 mars, certains marchés se sont effondrés d'un tiers. Depuis la fin du mois de mars, cependant, les cours des actions ont de nouveau fortement augmenté. Aux États-Unis, les principaux indices ont déjà atteint de nouveaux records, ou sont proches de le faire dans certains marchés émergents comme en Chine.

Même en Europe, où la reprise des actions n'a pas été aussi prononcée, les prix se sont sensiblement éloignés de leurs creux de mars. Ce comportement suppose un scénario de reprise économique rapide, en « V ».

Rapide ? Si l’économie mondiale est en effet loin d’être sortie des difficultés à court ou moyen terme (dans l’éventualité d’une deuxième vague épidémique), les investisseurs pensent que les profits des entreprises ont atteint un point bas au deuxième trimestre et devraient commencer à rebondir à partir du troisième et quatrième trimestre. Sur l’année, les profits seront en baisse par rapport à 2019 (), mais en tendance, ils devraient s’améliorer à partir du second semestre 2020.

Les investisseurs obligataires voient plutôt un « L » Les emprunts d'Etat allemands, ainsi que les obligations d'autres pays industrialisés, ont fortement augmenté cet été. Le 19 août, le rendement des obligations d'État allemandes était de -0,49%. À -0,83%, le rendement actuel était significativement plus bas à la mi-mars, mais au début de juin, il était également significativement plus élevé à -0,28%. En ce qui concerne la tendance des prix des obligations d'État, les attentes économiques des investisseurs obligataires se sont assombries ces derniers mois.

Les investisseurs obligataires sont des pessimistes notoires. Ils anticipent une évolution économique en forme de « L » avec un risque désinflationniste à moyen terme.

L’or, refuge ultime en cas de catastrophe générale L'or a vu son prix monter en flèche cette année. Alors que le prix de l'once était encore de 1.500 dollars au début de l'année, le métal précieux (nominal) a atteint son plus haut niveau historique de 2.000 dollars américains au début du mois d'août. De nombreux investisseurs considèrent l'or comme une valeur refuge ultime contre les catastrophes et / ou une monnaie de réserve contre une inflation galopante.

Les investisseurs qui font monter le prix de l'or aujourd'hui risquent d'être perturbés par la pandémie et ses conséquences.

Quiconque achète de l'or a non seulement peur d'un autre krach boursier, mais peut également s'attendre à un retour de l'inflation, ce qui pourrait être alimenté par les mesures de politique monétaire des banques centrales du monde entier.

Les titres des compagnies aurifères et même certaines crypto-monnaies font également partie du répertoire des « perma bears » (les éternels pessimistes).

Disciples de Warren Buffett   Mais dans quelle mesure les scénarios des trois groupes d'investisseurs idéaux sont-ils réalistes ou irréalistes? Et: ne peuvent-ils vraiment pas se réconcilier?

La valeur d'une entreprise en Bourse correspond à la somme actualisée de ses flux de trésorerie futurs. Si la crise de Covid-19 s'avérait être un défi passager d’un point de vue économique (nous n’oublions pas les conséquences humaines dramatiques), la chute des bénéfices au deuxième trimestre de 2020 devrait être perçue comme un non-événement dans une perspective de long terme.

Les investisseurs en actions qui gardent le cap ne correspondent pas au stéréotype de l'investisseur à court terme qui ne pense que de trimestre en trimestre. Au contraire, ces investisseurs agissent comme les disciples de Warren Buffett!

Même si le rallye actuel est susceptible d'être détesté par de nombreux investisseurs parce qu'ils sont sur la touche, on pourrait aller plus loin et supposer que les investisseurs en actions abordent même la question de manière pragmatique.

La pandémie de coronavirus a vu émerger comme grandes gagnants les entreprises du secteur de la technologie, lesquelles avaient déjà très largement surperformé les marchés depuis plusieurs années, tandis que certaines industries « anciennes » (l'énergie, matières premières et les secteurs très cycliques comme le tourisme ou le transport aérien), ont subi une double peine avec la chute de l’activité et la guerre des prix du pétrole au moment du krach.

Investisseurs obligataires: les «perdants volontaires» rationnels Les investisseurs obligataires ont traditionnellement une vision plus pessimiste du monde que les investisseurs actions. Et ceux qui donnent à l'économie moins de chances de reprise que l'investisseur en actions seront plus susceptibles d'être soumis à une déflation qu'à un scénario d'inflation.

Surtout, les marchés (actions et taux) sont fortement influencés par l’action des banques centrales, qui ont massivement gonflé leurs bilans et retirent des obligations du marché à grande échelle en réponse à la grande crise, quel qu'en soit le coût.

D’autres investisseurs sont contraints d’acheter des obligations, mais doivent faire face à une chute des rendements qu’ils servent à leurs mandataires (pensez aux contrats d’assurance-vie et les fonds en euros). D’où leurs aventures vers des actifs parfois plus risqués dans l’univers du crédit haut rendement ou de qualité, voire la dette émergente pour ceux qui le peuvent. Mais ces approches peuvent s’avérer coûteuse en cas de retournement de marché comme on a plus le voir en début d’année.

L'or, actif à part Qu'en est-il de l'investisseur en or ? Il existe de nombreuses raisons de ne pas acheter d'or. Comme chacun sait, l'or ne produit aucun revenu pour celui qui le détient. C'est un pur objet de spéculation. En termes réels, l'or a détruit beaucoup de valeur sur de longues périodes.

Cependant, l'or a également une longue histoire en tant que réserve de valeur et est considéré par de nombreux investisseurs davantage comme une assurance qu'un investissement. Quiconque achète de l'or veut se prémunir contre les crises qui affectent d'autres classes d'actifs.

Incidemment, cela inclut également le dollar américain, qui n'est pas à l'abri des troubles politiques et économiques aux États-Unis aujourd'hui.

Vive la diversification Nous naviguons donc à travers une explication probablement insatisfaisante pour certains lecteurs: prise isolément, la hausse synchrone de tous les prix d'actifs peut sembler contradictoire, mais l'analyse des motivations possibles des investisseurs montre que ce n'est pas le cas. Tous les types d'investisseurs agissent de manière rationnelle.

L'optimisme des investisseurs en actions s'explique tout aussi plausiblement que le pessimisme des investisseurs en obligations, et leur comportement est par conséquent contraire à celui des acheteurs d'or; ils veulent à leur tour immuniser leurs portefeuilles avec une sorte de couverture contre d'éventuelles phases de faiblesse dans les deux autres classes d'actifs.

Le cadre politique et monétaire actuel encourage la formation de bulles sur les prix des actifs. La seule chose qui peut surprendre, c’est la vitesse à laquelle la situation change. Mais cela est dû aussi au fait que les banques centrales et les pouvoirs publics ont tiré les leçons de la crise financière de 2008. Il était important d’agir vite, et mettre la santé des populations avant celle de l’économie était sans doute la chose la plus sensible à faire. De telles circonstances plaident sans doute pour une plus grande vigilance des investisseurs, à laquelle une diversification raisonnable des portefeuilles peut apporter une réponse.

De nombreux investisseurs diversifient leurs portefeuilles en pariant sur les trois actifs ci-dessus. Vous n'êtes pas dans un scénario top ou flop, mais en un sens indépendant. Ils investissent sans prévision, ils n'ont donc pas d'opinion sur le marché et se diversifient plus ou moins naïvement sur plusieurs classes d'actifs, qu'ils s'attendent globalement à être bons au niveau du portefeuille et sur le long terme. L'analyse de cet article est basée sur notre outil d'investisseur professionnel. Pour plus d'informations sur Morningstar Direct, veuillez cliquer ici . © Morningstar, 2020 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.


https://www.morningstar.fr/fr/news/205079/tous-les-actifs-risqu%c3%a9s-montent-qui-a-tort.aspx

25 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout