• thefunkyman

Que faire à propos des élections américaines

Avant de faire quoi que ce soit, tenez compte des modèles historiques, de ce qui est différent et de ce que vous pouvez contrôler.    

Andrew Willis 23.10.2020


Les élections présidentielles américaines approchent. Et vu l’année qui vient de s’écouler jusqu’ici, la seule certitude est que les choses sont incertaines.


Cela dit, les élections américaines elles-mêmes ne devraient jouer aucun rôle dans votre stratégie d'investissement, notamment parce qu'investir autour d'événements tente de « timer » le marché, ce qui peut être une source de déconvenues.

Les événements sont souvent dominés par les émotions, l'incertitude conduisant à vendre puis à vendre davantage. Les vendeurs paniqués prédiront probablement à tort les pics et les creux autour du jour du scrutin, et si vous les rejoignez, vous pourriez manquer certains gains. Dans le même temps, il est difficile d’ignorer ce qui se passe aux Etats-Unis. Quel est le juste milieu? Eh bien pour commencer, étayez vos décisions d'investissement avec des faits - et des données.

Le boom avant les élections « Le marché boursier a tendance à baisser les années électorales, de septembre à la fin octobre pendant les années électorales. De 1952 à 2016, le S&P 500 a perdu en moyenne 2,8% du 22 septembre au 25 octobre et n'a été positif que 41% du temps », note Brooke Thackray, analyste de recherche et spécialiste de l'investissement chez Horizons ETF. « Le marché a tendance à descendre juste avant les élections », dit-il, soulignant une croyance erronée selon laquelle il y a quelque chose de prévisible le jour du scrutin ou immédiatement après. « Revenons à 2016. J'ai parlé à des gens qui ont dit : ‘Trump gagne, le marché va baisser. Je ne peux pas supporter ça. J'ai besoin de cash’. Le marché était au plus bas deux jours avant les élections, et une fois que Trump a été élu, il est monté en flèche. Le soir de l'élection, il baissait, puis il est remonté fortement par la suite. C'était fou », se souvient-il. La raison de la hausse des marchés n'était pas partisane - c'était une résolution de l'incertitude. « Je dirais que le marché se rallierait même si Hillary Clinton gagnait », dit-il.

Et après? Risque plus élevé de récession Réfléchir à ce qui pourrait arriver après l’élection impose de penser en années, pas en mois, et prévoir plus de complexité et de risque. Thomas Poullaouec, responsable des solutions multi-actifs de T. Rowe Price, et l’analyste de solutions Nathan Wang, ont constaté que contrairement aux idées reçues, la volatilité pendant les années électorales restait plus faible que les autres années. Dans leur étude remontant à 1927, ils soulignent qu'il peut y avoir une source supplémentaire de volatilité à court terme avec la partie en place perdante. Il y a toutefois une différence préoccupante dans le résultat lui-même, lorsque vous effectuez un zoom arrière. « Indépendamment du parti ou de la fonction, les présidents nouvellement élus ont plus de chances que d'habitude de faire face à une récession au cours de leur première année de mandat », déclarent Poullaouec et Wang.

Le « cycle présidentiel » Une récession potentielle n'est pas une bonne perspective, mais avant de vous inquiéter trop, considérez également les inconvénients des données. « Il y a quelque chose qui s'appelle le cycle présidentiel», dit Thackray. De nombreux analystes techniques appellent cela le ‘cycle de quatre ans’, mais cela correspond au cycle présidentiel. Le marché boursier aurait tendance à mal faire une fois que quelqu'un serait élu président des États-Unis car la première année, il réduirait son budget, mais au cours des deux dernières années, il dépenserait de l'argent pour essayer de se faire réélire. Cela entraînerait une mauvaise performance du marché boursier au cours des deux premières années de la présidence et une très bonne performance au cours des deux années suivantes. » « Cela n’existe plus. Ce n’est pas une déclaration politique. Peu importe quel pays ou quel parti. Les gouvernements arrivent au pouvoir maintenant et ils dépensent de l'argent. Et puis ils dépensent plus d'argent. Ce cycle de quatre ans n’est donc plus aussi pertinent qu’il l’était autrefois », affirme Thackray.

L’impact du coronavirus « Le COVID-19 est une variable énorme sur le marché boursier, tout comme la réaction de l’économie face au virus », observe Thackray. Wang et Poullaouec s'accordent sur les limites des données derrière tout pari global. « Bien que notre ensemble de données remonte à 1927, il n'y a eu que 23 élections présidentielles depuis lors. Certains d'entre eux se sont produits à des moments très intéressants, comme après la Grande Dépression (1932); pendant la Seconde Guerre mondiale (1940 et 1944); et, plus près du présent, au début de l'éclatement de la bulle technologique en 2000 et de la crise financière mondiale en 2008. Cela signifie que les rendements du marché autour de ces élections ont été largement influencés par ces événements historiques plutôt que par les résultats des élections. Cette dynamique n'est-elle pas comme celle que nous vivons aujourd'hui, où la pandémie de coronavirus devrait dominer à la fois les rendements du marché et les élections? » ils demandent.

Quand le COVID l'emporte Apporter des prédictions sur l'imprévisible est équivalent à spéculer. Personne ne sait. Et même alors, comment se mesure votre horizon temporel ? En mois? En années ? Choisissez-vous le bon ensemble de données pour cette période. Mais cela ne vous met pas à l’abri d’un événement imprévu qui peut changer la donne du tout au tout. «  On pourrait dire que si Biden gagne, il augmentera les impôts. Eh bien, cela ne se produira pas - pas dans une pandémie. Il va dépenser beaucoup d’argent, ce qui aidera l’économie à court terme. Vous pouvez faire valoir des deux côtés que l'un ou l'autre sera bien pour l'économie », déclare Thackray. De plus, si les investisseurs ne paniquent pas en vendant, ils pourraient paniquer en achetant les mauvaises choses. Par exemple, les investisseurs pourraient se retrouver dans de vastes positions dans le domaine de la santé ou de la pharmacie, lorsque Thackray souligne qu'une présidence Biden pourrait être la plus pertinente pour un certain sous-segment du secteur des prestataires de services de santé.

Que faire? Nous utilisons des modèles (heuristiques) pour nous guider dans nos choix d’investissement. Il est important de mettre l'accent sur l'élément d'incertitude, quand on le connaît, et sur la façon dont il pourrait affecter les activités d'achat et de vente dans tout secteur à l'avenir. Et si les échéanciers et les ensembles de données passés peuvent être utiles, ils sont basés sur des élections qui se déroulent comme prévu et dans les délais. « Rester à l’écart des marchés n’est pas une position adéquate, en soi », ajoute Thackray, qui aime l'idée de rechercher des modèles qui se chevauchent entre les années électorales, non électorales et même pandémiques. « C'est une chance d'entrer sur le marché avant les élections », estime-t-il.

Où investir ? « Plus il y a d'incertitude, plus les gens préfèrent les valeurs défensives comme la consommation courante. Le secteur a tendance à bien se porter à cette période de l'année. Entre 1990 et 2019, c'était le secteur majeur le plus performant de l'année, en moyenne, et je ne vois pas les choses différer cette fois-ci », déclare Thackray. N'oubliez pas: les meilleurs rendements sont basés sur le temps passé sur le marché plutôt que surle fait de vouloir prévoir le marché. Cet article a été initialement publié sur le site de Morningstar Canada.

© Morningstar, 2020 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.


https://www.morningstar.fr/fr/news/206611/que-faire-%c3%a0-propos-des-%c3%a9lections-am%c3%a9ricaines.aspx

36 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout