• thefunkyman

Keynes, Powell et le Bitcoin

Ils ont, au sein du “groupe de Bloomsbury”, révolutionné la vie littéraire, artistique et sociale de l’Angleterre. Ils se proclamaient “non conventionnels”. Comme Virginia Woolf, dont le personnage « Lappin » aurait été inspiré par Keynes, en raison notamment des frétillements de son nez lorsqu’il mangeait, l’économiste et philosophe combattait les vieilles orthodoxies. Quand elle s’affranchissait de la forme narrative du roman du 19ème, lui maudissait l’or, standard, à l’époque, de la valeur de tout, réprouvait le fatalisme de la récession et de la dépression, fulminait contre le concept d’une “main invisible” ou d’un marché capable de corriger ses propres excès. Collectionneur d’art, directeur de la prestigieuse Bank of England, président d’une compagnie d’assurance-vie, l’économiste providentiel a sauvé (à nouveau) le capitalisme en 2020. Remarquable investisseur, cet illustre théoricien de la monnaie aurait-il boudé le rallye du Bitcoin ? Rien n’est moins sûr chez ce provocateur qui, en 1931, aurait déclaré en plein comité d’investissement : “il n’y a rien de plus dangereux que de se mettre en quête d’un investissement rationnel dans un monde irrationnel”…


Comment ce membre du club des “extravagants”, convaincu du rôle prépondérant de l’Etat dans l’économie envisagerait-il cet actif transnational et invisible, libéré des limites traditionnelles et conventionnelles en matière de valorisation ? Car en effet, les cryptomonnaies s’affranchissent des frontières que notre mémoire d’investisseurs impose aux valeurs boursières au travers des multiples ou des rendements d’indicateurs comptables. Insoumises à la théorie de la parité du pouvoir d’achat, rebelles à l’équation de Fisher, elles ne présentent pas de valeur intrinsèque identifiable ou permettant de les comparer aux devises nationales. Qu’importe : cette absence de prix d’équilibre conventionnel n’est pas un handicap, c’est au contraire une fonction recherchée. Le manque de limite conceptuelle rend virtuellement possible l’espérance d’un gain illimité, entretient la nature irrationnelle de son rapport au monde, accentue les biais émotionnels. La seule valeur qui compte alors étant tout simplement le prix que l’acheteur marginal est prêt à payer, et en ce sens, la cryptomonnaie éradique le distinguo pourtant nécessaire entre valeur et prix. Elle ne s’encombre plus des tentatives de valorisation fondamentale de ses débuts. Au fur et à mesure du succès spéculatif de ces token digitaux, l’intérêt sociétal et technologique initial de la blockchain a pratiquement disparu au profit de la seule motivation du gain financier.


Quelques heures avant l’introduction en bourse de la première plateforme d’échange de cryptomonnaies, valorisée à près de 100 milliards de dollars (près d’un tiers de la valeur du groupe LVMH par exemple), Jerome Powell s’aventurait, non sans une certaine prudence, à esquisser la doctrine officielle de la FED : les cryptomonnaies ne sauraient se substituer au dollar et plutôt que de revêtir les caractéristiques d’une unité d’échange, elles seraient in fine des instruments spéculatifs comme l’or. Cela soulève plusieurs questions essentielles, qui une fois de plus, nous ramènent à Keynes : en tant qu’instruments spéculatifs, doivent-ils (et peuvent-ils) être régulés ? Le public doit-il être protégé de leur volatilité ? L’état doit-il intervenir si le marché des cryptomonnaies n’est pas en mesure, comme le déplorerait Keynes, de corriger ses propres excès ? L’introduction de Coinbase pourrait-elle rappeler celle du tout-puissant courtier Glencore qui avait précédé le crash des matières premières en 2011 ?


« Du krach des tulipes en Hollande au début du 17ème siècle en passant par la bulle de la mer du sud en Angleterre des années 1800 jusqu’aux marchés actions modernes, les marchés ont démontré leur capacité à se corriger eux-mêmes, souvent au détriment de ceux qui pensaient que ce jour fatidique n’arriverait plus » rappelle Aswath Damodaran. Pour ce très célèbre professeur d’analyse financière, l’irrationnel ne peut tout expliquer, « le prix du marché ne peut pas durablement dévier de la valeur fondamentale induite, à long terme ». Mais comme le répondrait Lord Keynes avec son cynisme habituel : « sur le long terme, nous sommes tous morts » …


Texte achevé de rédiger le 16 avril 2021 par Thomas Planell, Gérant – analyste.


Cet article ne constitue ni une offre de souscription ni un conseil en investissement. Ce document promotionnel est un outil de présentation simplifié et ne constitue ni une offre de souscription ni un conseil en investissement. Ce document ne peut être reproduit, diffusé, communiqué, en tout ou partie, sans autorisation préalable de la société de gestion.

DNCA Investments est une marque commerciale de DNCA Finance


https://www.fibee.app/keynes-powell-et-le-bitcoin/?feed_id=1182&_unique_id=607d8c4d28857

14 vues0 commentaire