• thefunkyman

EVERGRANDE : LE SÉISME QUI SECOUE L’IMMOBILIER CHINOIS

Les prochaines semaines nous diront comment la Chine va gérer l’affaire Evergrande, ce qui permettra de mesurer l’impact financier. L’impact économique sur l’économie chinoise sera réel mais au moins en partie compensé par les effets positifs attendus de la meilleure maitrise du variant Delta.


Avec une dette de plus de 300 milliards de dollars, le premier promoteur immobilier chinois est en passe de faire défaut. Les spécialistes s’attendent à une restructuration ordonnée de la plus grande partie de cette dette. L’affaire est clairement entre les mains du pouvoir chinois, ce qui laisse forcement place à des incertitudes, soit dans le bon sens, soit dans le mauvais. Cet évènement financier est déjà en grande partie dans les cours, la dette obligataire à court terme d’Evergrande étant désormais décotée de 75% (graphique 1).



Source d’émois, l’affaire n’est cependant pas totalement surprenante dans un pays qui, depuis 2017, a mis en place des mesures macro-prudentielles visant à réduire les effets de leviers et les prises de risques dans le système financier, système où la part de l’immobilier est considérable. Plusieurs défauts de paiement d’acteurs moins importants ont déjà eu lieu du fait des resserrements règlementaires successifs. La taille considérable d’Evergrande a cependant pour conséquence une hausse généralisée des spreads de crédit dans l’univers « high yield » chinois, univers dominé à 60% par les promoteurs immobiliers. La banque centrale chinoise a donc commencé à injecter des liquidités pour éviter que le système ne se grippe trop fortement. Même si le dossier Evergrande est géré sans crise majeure, un ralentissement du secteur immobilier est cependant d’ores et déjà dans les clous (graphique 2).


Ce ralentissement sera cependant en partie compensé par la meilleure maitrise du variant Delta depuis que la campagne de vaccination a accéléré. Cette maitrise n’est pas encore parfaite, comme l’illustre une résurgence des cas dans la province du Fujian, mais elle semble suffisamment bonne pour espérer une remontée ou une stabilisation du secteur des services d’ici la fin de l’année après le net ralentissement de l’été (graphique 3). Cet effet positif se fera aussi sentir dans le reste de l’Asie, où les cas de Covid ont fortement chuté depuis plusieurs semaines. A moins que le dossier Evergrande ne soit très mal géré par les autorités chinoises et conduise à un resserrement général des conditions financières en Asie, l’impact économique des problèmes immobiliers chinois sur le reste de la zone devrait donc rester modeste.


Par ailleurs, le ralentissement structurel chinois, voulu par les autorités, et l’impact de court terme d’Evergrande sur le secteur immobilier devrait exercer un effet modérateur sur la hausse de prix des matières premières industrielles au niveau mondial. Au total, et à condition encore une fois que la gestion du dossier empêche une crise financière, l’affaire Evergrande ne remet pas en cause notre scénario d’une réaccélération économique globale à court terme permise par la maitrise du variant Delta dans le monde. Les nouvelles européennes et japonaises (baisse des cas de Covid) et, plus récemment, américaines (pic de cas) sont encourageantes. Les derniers chiffres américains montrent aussi une remontée du climat des affaires dans l’industrie en septembre et une baisse de l’inflation. Les goulets d’étranglements et les facteurs poussant certains prix à la hausse ne seront pas pleinement maitrisés avant de nombreux mois, mais la tendance générale semble désormais mieux orientée. Nous n’avons pas changé nos allocations mais restons bien entendu vigilants par rapport à la situation chinoise.


Reférence: https://www.fundswatch.fr/dorval/evergrande-le-seisme-qui-secoue-limmobilier-chinois/

15 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout