top of page
  • thefunkyman

ChatGPT, tendance éphémère ou invention du siècle ?

Curiosité ou révolution ? Les Intelligences Artificielles (IA) génératives s’invitent sur le devant de la scène avec le phénomène ChatGPT, un agent conversationnel – Chatbot – nouvelle génération. L’engouement est mondial et semble marquer un tournant. Tendance éphémère ou invention du siècle ? L’éclairage de Rolando Grandi, CFA, Gérant d’Echiquier Artificial Intelligence[1], La Financière de l’Echiquier.


Un tournant ?


Conçue par la start-up californienne OpenAI[2], cette petite révolution fascine ou inquiète. Si l’université de Stanford la tolère, Sc Po l’interdit. Ce logiciel conversationnel, qui a séduit plus de 100 millions d’utilisateurs en moins de deux mois, un record, est capable de produire des textes et de répondre à vos questions en un clin d’œil, et ce dans plusieurs langues, de synthétiser un long document et même d’écrire du code informatique. La Silicon Valley regorge de projets similaires. Si Microsoft a investi plus de 10 milliards de dollars dans ChatGPT, Google a lancé cette semaine sa nouvelle IA, baptisée Bard, un outil similaire lui aussi destiné au grand public. De l’autre côte du Pacifique, le géant de l’Internet chinois Baidu a annoncé un service concurrent. « L’ère de l’IA », comme l’a qualifiée Satya Nadella, CEO de Microsoft, s’ouvre et avec elle une course technologique accélérée. La prolifération des applications qui recourent à ce type de capacité dans les algorithmes de langage s’accélère. Très gourmands en puissance de calcul, ces algorithmes sont une aubaine pour des fournisseurs tels que Nvidia, AWS ou Azure. On estime que ChatGPT coûte environ 3 millions de dollars par jour en puissance de calcul, soit plus d’un milliard par an. Une version payante a été lancée en février afin de monétiser cette plateforme qui bat tous les records.


Si ces IA génératives sont encore perfectibles, leur impact sera réel, et transformateur. L’écho planétaire semble marquer un tournant. Si selon une étude d’IBM[3], 120 millions d’emplois seront détruits, d’autres seront créés dans tous les secteurs avec à la clé des gains de temps et de productivité.


Ces assistants intelligents sont en effet capables d’effectuer des tâches répétitives et chronophages. Des solutions ‘’no code’’ ou ‘’slow code’’ démocratisent l’utilisation des algorithmes d’IA capables, grâce au deep learning, d’écrire du code informatique de manière autonome. Elles permettront de pallier la pénurie mondiale de développeurs notamment dans le Big Data. En décembre 2020, celle-ci s’élevait à 40 millions de travailleurs qualifiés[4].


Des investissements gargantuesques


Selon Google, la vitesse de développement de l’IA suit une loi, celle d’un doublement tous les 6 mois, soit 3 à 4 fois plus rapide que la Loi de Moore qui a dicté pendant des décennies la vitesse de développement de la puissance de calcul. GPT-3, le modèle d’IA de ChatGPT, mobilise plus de 175 milliards de paramètres. La nouvelle version, GPT-4 qui sortira cette année, devrait dépasser les 1 000 milliards de paramètres, soit une multiplication par 6 en 3 ans ! Cette technologie révolutionnaire qui se développe à une vitesse fulgurante nécessite des investissements majeurs en infrastructure de calcul. New Street Research a déterminé que si Google déployait un algorithme similaire à ChatGPT pour alimenter son moteur de recherche utilisé par plus de 4 milliards d’humains chaque jour, plus de 80 milliards de dollars seraient nécessaires, soit plus que les investissements en datacenters en 2021 de Microsoft, Amazon et Google réunis !


Une accélération massive


Les progrès de cette technologie disruptive qu’est l’IA s’accélèrent. De ChatGPT, qui révèle le potentiel des chatbots intelligents, à Dall-E qui a secoué le monde de la création d’images digitales, cette adoption massive de l’IA démontre que nous vivons les prémisses d’une révolution irréversible.


Interrogé sur la portée de cette invention, ChatGPT lui-même reste rationnel et mesuré. « Il est possible que Descartes aurait eu des doutes quant à la capacité d’un modèle d’IA à comprendre et à simuler la réalité de manière cohérente et fiable. Il est également possible qu’il aurait été fasciné par les avancées technologiques de l’IA et aurait vu le potentiel de ces modèles pour améliorer la vie humaine ». Nous en sommes convaincus ! Capter la valeur générée par l’IA reste notre objectif. Ces progrès technologiques et sociologiques tant majeurs qu’inédits transformeront des secteurs aussi divers que l’industrie automobile ou la médecine, en assistant intelligemment les Hommes. Ils démontrent l’accélération du progrès technologique et de l’IA en particulier, une thématique porteuse d’opportunités inédites.


Rolando Grandi, CFA, Gérant d’Echiquier Artificial Intelligence ǀ 9 Février 2023


Disclaimer : Les opinions émises correspondent aux convictions du gérant. Elles ne sauraient en aucun cas engager la responsabilité de LFDE.

[1] Le fonds présente un risque de perte en capital, au risque actions et au risque de change. Pour plus d’informations sur ses caractéristiques, risques et frais, nous vous invitons à lire les documents réglementaires disponibles sur notre site www.lfde.com.


[2] Les valeurs citées sont données à titre d’exemple. Ni leur présence dans les portefeuilles gérés, ni leur performance ne sont garanties.


[3] 2019



23 vues0 commentaire

Comments


bottom of page